La photogrammétrie

Le dictionnaire Larousse nous donne la définition suivante de la photogrametrie qui est au coeur de l'activité de Dronemapping : 

 

"Ensemble des techniques qui permettent de déterminer la forme, les dimensions, la position dans l'espace d'un objet à partir de photographies. (Très utilisée pour les levés topographiques, la photogrammétrie a de nombreuses autres applications : archéologie, architecture, médecine, travaux publics, étude de phénomènes fugitifs [mécanique des fluides, balistique, etc.].)"

 

Cette technique peut être utilisée pour récréer n'importe quel objet, personne ou paysage en un modèle numérique en trois dimensions à partir d'une série de photos. La technologie drone donne aujourd'hui de la hauteur à cette technique qui n'est pas nouvelle puisque Aimé Laussedat, officier de l'armée française, l'a utilisée pour la première fois en 1849 sur la façade de l'Hôtel des Invalides.

 

Aujourd'hui, magnétomètres,  gyroscopes 3 axes, accéléromètres, GPS de précision, baromètre et contrôleur servo peuvent être embarqués dans un multirotor de moins de 2 kg permettant de transporter et de contrôler des capteurs numériques de manière autonome ou manuelle. Aimé Laussedat aurait certainement apprécié cette technologie pour donner de la hauteur et une plus grande précision à ses travaux.

 

Les paramètres de vol sont enregistrés tout au long de la mission pour être ensuite associés aux photos et générer des modèles numériques en trois dimensions à l'aide de logiciels dédiés.

 

Dronemapping maitrise parfaitement l'ensemble des processus d'acquisition et de traitement des données pour assurer un rendu optimal tant d'un point de visuelle qu'en terme de précision géographique (x, y et z).

 

La maitrise de logiciels tiers de cartographie et de traitement 3D permet à Dronemapping de vous proposer des livrables aux formats compatibles avec vos solutions logiciels.